Présentation de Maître Ulysse

par ulysse
Noter cet article :
3 votes

Mes débuts dans le merveilleux monde du bdsm

J’ai été initié au SM (non qu’on donnait avant internet au Bdsm), il y a fort longtemps par une charmante copine qui voulait faire de moi son Maître ! À cette époque, j’étais libertin, j’adorais le sexe et nous avons tout essayé anal, vaginal, dp, gorge profonde, trio, gang bang... J’avais du plaisir, mais ma copine jouissait rarement et cela me peinait.

Elle voulait qu’on pratique le SM, que je devienne son Maître, mais je refusais, car j’avais des préjugés négatifs sur le SM, même si cela m’attirait. Je ne suis ni sadique, ni méchant ou brutal et je ne voyais pas dans ce rôle. Par ruse, elle m’a entraînée dans une soirée que je croyais libertine et je me suis retrouvé avec un Maître, des soumises et j’ai découvert un univers totalement excitant et envoûtant. En soumise ma copine était métamorphosée, je pouvais la contrôler, la dominer, l’humilier et elle cela décuplait son plaisir. Le Maître me montra comment l’attacher, jouer avec ses sens, ses émotions et pour la première fois je la vis vibrer, devenir fontaine, être multiorgasmique. Comment décrire ce que j’ai ressenti ? Je suis entré en communion charnelle et mentale et vécu des extases inouïes avec ma copine et des inconnues. Elle lâchait prise totalement, se donnais entièrement et le sexe devenait magique. Jamais je n’avais connu une telle intensité dans le plaisir. Depuis ce jour, je ne conçois plus le sexe sans BDSM.

J’ai voulu apprendre, évoluer, explorer, acquérir des connaissances et des techniques en bondage, flagellation, BDSM psychologique, organisation de jeux de rôle BDSM réalistes…

J’ai fréquenté des soirées privées avec du BDSM, des jeux sexuels élaborés et intenses… Je me suis piqué au jeu, j’ai voulu progresser et je suis devenu assistant, disciple d’un Maître BDSM. Il m’a transmis ses valeurs, ses savoir-faire et j’ai énormément progressé.

J’ai découvert le côté psychologique du BDSM qui mène à la transe hypnotique qui augmente les sensations et la force des jouissances et au divin subspace.

J’ai étudié la sexualité, le fonctionnement du corps, de l’esprit pour utiliser les hormones que le corps produit comme les endorphines, l’ocytocine, la dopamine, la sérotonine pour provoquer des extases, des jouissances intenses, des états de bonheur et de béatitude.

En effet, l’ocytocine, la dopamine et la sérotonine sont appelées «  hormone du bonheur  » !

Elles apportent un état de bien être et de bonheur qui accompagné du lâcher prise recherché en BDSM, provoque des jouissances intenses et une acceptation joyeuse des pratiques BDSM. La dopamine a pour effet d’augmenter l’initiative, le plaisir sexuel, mais aussi l’agressivité. Ses effets sont contrebalancés par ceux de la sérotonine.

J’utilise également dans mes pratiques de BDSM, le renforcement positif, les câlins, le rire, relaxation, méditation, l’exercice tout en gardant les activités BDSM traditionnelles.

Mes devoirs de Maître

Pour devenir Maître, il m’a fallu acquérir maturité et expérience.

Le Maître est un guide, un mentor. Il m’arrive de devenir coach de vie de la soumise pour en faire une femme parfaite, épanouie et heureuse. Je peux l’accompagner pour arrêter de fumer, avoir une alimentation saine, développer ses connaissances, sa culture…

Éduquer une soumise peut lui demander des mois, des années. Je peux pousser la perfection jusqu’à éduquer la soumise dans tous les aspects, culture générale, Art, alimentation, sport, sexe… Je veille à sa santé physique et morale, je lui inculque des valeurs, discipline, loyauté… Je lui apprends à contrôler son corps, son esprit, le dépassement de soi, la sagesse…

Lorsque j’accepte une soumise ou une esclave, elle devient mon bien le plus précieux et je m’engage à veiller sur son bien-être et son épanouissement. Je lui offre ma protection.

Le Maître est aussi un complice, un confident, je vais aider la soumise à se découvrir, à se comprendre, à exprimer ses désirs refoulés, cachés, à chasser ses démons, à vaincre ses peurs et la guider pour qu’elle devienne une femme fière et épanouie assumant totalement sa nature profonde.

Le Maître doit avoir des valeurs, être un modèle, un exemple à suivre. Il doit donc être dépourvu des défauts des communs des mortels et humblement, je cherche à m’améliorer sans cesse pour mériter ce titre.

L’origine du mot Maître est le magister latin, celui qui enseigne et guide, le sens du mot c’est enrichi avec une notion de propriété. Le Maître est celui qui possède et guide la soumise. Le Maître doit protection à celle qui se donne à lui en perdant toutes ses défenses. Il veille sur la sécurité de la soumise, son bien être, son épanouissement.